Fermer

MultiBlogues

Réussir la culture des fines herbes à l’intérieur

29.10.20

Vous rêvez de cultiver vos fines herbes fraîches dans la maison durant la période hivernale, mais jusqu’à présent vos expériences ont été décevantes. Surtout, n’allez pas croire que vous n’avez pas le pouce vert puisque vous faites partie de 90 % des gens pour qui la culture des fines herbes à l’intérieur relève du défi. Heureusement, une fois que vous aurez compris les causes de vos échecs et adopté les bonnes pratiques, un univers de saveur s’offrira à vous.

Pourquoi ça tourne mal ?

Trois principaux facteurs sont responsables de vos déboires : un éclairage insuffisant, des plants de qualité discutable ou une transition inadéquate.

Un piètre éclairage est la principale cause d’échec dans la culture des fines herbes à l’intérieur. Dans leur pays d’origine, la plupart des fines herbes sont exposées au soleil ardent durant plusieurs heures. Pas étonnant qu’elles requièrent un ensoleillement maximal lorsqu’elles sont cultivées à l’extérieur dans l’est de l’Amérique du Nord. Rien à voir avec le peu de lumière naturelle qui entre dans nos maisons durant l’hiver.

Les plants de fines herbes disponibles en supermarché sont conçus pour un usage de courte durée. Pour être plus attrayants, les pots de fines herbes comportent de nombreux plants, une situation qui peut compromettre leur survie à long terme à cause de la compétition. De plus, certains peuvent être affectés par des maladies qui ne sont pas visibles au moment de l’achat. C’est le cas du basilic qui est parfois atteint par la fusariose, une maladie fongique qui entraîne un dépérissement rapide des plants. Sans compter que certains plants ont pu être négligés durant leur séjour au supermarché.

S’il est possible de rentrer des plants de fines herbes qui ont été cultivés à l’extérieur lorsque la belle saison tire à sa fin, il n’est pas rare que l’entreprise soit décevante. Attendre trop tard ! Ne pas faire un bon nettoyage ! Rentrer des plantes de trop grande dimension ou des annuelles dont le cycle est terminé. La liste est longue pour expliquer le dépérissement lorsque des règles de base n’ont pas été respectées lors de la transition de l’extérieur vers l’intérieur.

Pour réussir enfin…
Faites en sorte que vos plants profitent d’un ensoleillement maximal en les plaçant devant une grande fenêtre orientée au sud ou à l’ouest. Si ce n’est pas possible, songez à installer vos plants sous un système d’éclairage artificiel.

Lorsque vous achetez des plants, assurez-vous qu’ils sont en bonne santé. Malgré tout, offrez-leur une quarantaine en les plaçant loin de vos autres plantes (fines herbes ou plantes d’intérieur) durant au moins deux semaines.

Adoptez de bonnes habitudes lorsque vous effectuez la transition des plants de l’extérieur vers l’intérieur. Pour éviter un brusque changement de température, mieux vaut effectuer l’opération avant que les températures nocturnes ne descendent sous la barre de 10 °C. Pour noyer les insectes qui pourraient avoir trouvé refuge dans le terreau, immergez les pots dans l’eau tiède durant 8 à 10 heures. Puis, nettoyez attentivement le feuillage en le vaporisant à l’eau.

Soigner ses fines herbes
En plus d’un éclairage optimal, les fines herbes jouissent de températures de 18 à 20 °C durant le jour, plus fraîches la nuit. Elles se sentent bien dans un environnement humide qui est lui-même favorisé par la présence d’autres plantes.

Les petites racines des fines herbes n’apprécient pas l’excès d’eau qui risque de les faire pourrir (à part le basilic). Pour éviter ce problème, optez pour des pots en terre cuite et des terreaux qui se drainent bien.

Dans tous les cas, c’est une bonne idée de démarrer soi-même la culture de fines herbes à partir de semences.

Les bons choix : le basilic, le laurier et le romarin
Le basilic aime avoir la tête au soleil, mais les pieds dans l’eau. Placez le pot dans une soucoupe ou un cache-pot et assurez-vous d’y laisser continuellement de l’eau. Si vous avez acheté un pot de basilic qui contient plusieurs plants (parfois une douzaine), réduisez progressivement le nombre de plants à trois ou quatre en coupant les plants en surplus à la base lors de la récolte.

Le laurier est une vivace non-rustique plus chère que les autres fines herbes. De plus, il peut prendre une dimension imposante après quelques années de culture. Deux bonnes raisons pour rentrer votre plant durant l’hiver.

Le romarin a tendance à dépérir lorsque l’air est trop sec. À moins que vous ayez la possibilité de le cultiver dans une salle de bain très ensoleillée, mieux vaut lui offrir un environnement humide. Pour ce faire, placez le pot et sa soucoupe dans une deuxième soucoupe plus grande et assurez-vous de toujours conserver de l’eau dans cette dernière. En s’évaporant, l’eau offrira un environnement assez humide pour répondre aux besoins du romarin.

À vos marques…

En plus des trois meilleurs choix, d’autres fines herbes telles que la coriandre, la marjolaine, l’origan, le persil et la sauge pourront agrémenter vos plats cet hiver.

Alors, lancez-vous dans la culture des fines herbes à l’intérieur avec confiance.
C’est tellement amusant et gratifiant.

Commentaires

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *