Fermer

Ce collectif réunit une série de réflexions sur la nature du paysage construit, à la lumière de trois grands thèmes qui auront profondément marqué la relation au paysage au tournant du vingtième siècle: la  mémoire, l’idéologie et l’identité. Il souligne l’apport essentiel de l’environnement bâti dans la protection mnémonique, dans la construction identitaire et dans la propagation des idéologies. Les textes réunis dans ce recueil traitent du problème de la lecture et de l’interprétation du paysage artificiel, produit de l’imaginaire et du génie humain, de la vie quotidienne et de l’interaction sociale, à travers des lentilles créées à différentes époques et teintées de filtres identitaires divers.

Cet ouvrage présente une vision globalisante des problématiques liées au paysage construit, en regroupant une série d’études de cas illustrant la création, la transformation et l’interprétation d’espaces publics, de quartiers urbains, de monuments nationaux, d’institutions publiques et d’autres lieux de représentation collective à partir d’exemples observés au Québec, en France, en Chine, au Brésil et en Estonie. Il reflète également le caractère profondément interdisciplinaire de la recherche contemporaine sur le paysage, en réunissant des auteurs issus de milieux aussi divers que l’architecture, la géographie, les études urbaines et l’histoire de l’art.

Afficher
Aménagement urbain : aspects architecturaux Architecture : bâtiments publics Muséologie et conservation du patrimoine