Fermer

Les journalistes ne pensent pas toujours raconter l’histoire de leur milieu de travail: ce sont des historiens du présent. Et, à Québec Science, le présent a filé à une telle allure que nous voilà avec 50 ans d’une histoire qui a été coulée dans l’encre et étalée le long de plus de 25 000 pages dans près de 500 numéros.

Pendant toute cette période, le magazine aura donc été à la fois témoin et acteur de la conquête scientifique des Québécois. Il a raconté les premiers voyages dans l’espace, les expéditions dans l’Arctique, rapporté l’anecdote du premier courrier expédié outre-mer en 0,00001 seconde grâce à un système de messagerie électronique, relaté les premières expériences au laser, rapporté l’histoire de la première greffe de cœur, du premier clonage, des premiers tissus humains construits en éprouvette, mentionné les découvertes archéologiques amérindiennes qui ont refait la préhistoire du Québec.

Québec Science a fait œuvre de vulgarisation scientifique, bien sûr, mais bien plus qu’un simple travail de communication, il a aussi fait œuvre d’information.

Peut-on faire la biographie d’un média comme celle d’une vedette ou d’un personnage historique? Y révéler des détails croustillants de quelque chose qui n’a jamais été dit? Les dessous d’un scandale ou d’une négociation? Pas besoin! La saga Québec Science est déjà suffisamment enlevante et riche.

Afficher
Études des médias Industries des médias, du divertissement, de l’information et de la communication