Fermer

New York, septembre 1999
Plusieurs centaines de personnes sont hospitalisées à la suite d’une infection par un virus. Des milliers de corneilles sont rapportées mortes. Un lien est établi entre ces deux événements: des maringouins seraient responsables, par leurs piqûres, de la transmission du virus. Découvert en Ouganda en 1937, le virus du Nil occidental (VNO) a réussi à entrer sur un nouveau continent, à s’y installer, puis à s’y propager rapidement.

La presque totalité de l’Amérique, été 2002
Présent dans presque toute l’Amérique du Nord, le virus du Nil frappe de nombreuses personnes. Beaucoup doivent être hospitalisées; plusieurs en meurent. Des oiseaux et des mammifères en souffrent et n’y survivent pas. Plusieurs dizaines d’espèces de moustiques transmettent le virus dans l’environnement urbain.

Quels facteurs ont favorisé l’implantation et la dissémination du virus du Nil? Pourquoi certains oiseaux, dont les corneilles, sont plus affectés que d’autres? Tous les maringouins sont-ils à craindre? Comment se prémunir contre les piqûres de ces derniers? Pouvons-nous devenir immunisés contre le virus?

Jean-Pierre Bourassa et Jacques Boisvert nous font découvrir toute l’importance que le virus du Nil peut avoir sur la santé des gens et des animaux. Ils expliquent le succès du virus et proposent des mesures pour contrer la prolifération de moustiques porteurs du virus et se protéger de leurs piqûres.

Afficher
Maladies infectieuses et contagieuses